Nom de votre société - Message ou slogan
RSS

Articles récents

Les Baies de Goji
Consommer au-delà des dates de péremption ?
Les contrôles Afsca posent-t-ils problème ?
Allergènes, contrôles renforcés
Reprendre les restes de son repas au restaurant

Catégories

article Afsca
Article journaux
commentaire des clients
reportage télévision
fourni par

Mon blog

La double (mauvaise) surprise du guide Michelin

La surprenante décision du guide Michelin
 
la décision du guide Michelin de ne pas donner une 3e étoile à Bruxelles en a étonné plus d'un. C'était un secret de polichinelle, mais des maisons de bouche déjà doublement étoilées - comme le Chalet de la Forêt, Comme chez Soi ou Bon Bon - espéraient décrocher la troisième étoile. Mais le Michelin en a décidé autrement, faute d'unanimité au sein de son jury national et international. Et donc, la capitale de l'Europe restera encore privée d'un restaurant 3 étoiles !
 
Mais ce qui est également surprenant dans ce monde des restaurants étoilés, c'est de voir à quel point leur équilibre financier reste hélas très fragile. Mes confrères du journal L'Echo ont publié une petite enquête sur l'état financier des restaurants les plus étoilés du pays, et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il est consternant. Environ la moitié des restos étoilés est en mauvaise, voire très mauvaise posture. Ces étoilés affichent en effet des pertes au cours des trois dernières années. Six d'entre eux se situent en zone dangereuse et au moins six autres ont un matelas financier très mince, lorsqu'il n'ont pas un fonds de roulement négatif.
En fait, seulement quatre étoilés affichent une santé de fer, d'après leurs bilans. Il s'agit de De Karmeliet, Slagmolen, Bartholomeus et le Chalet de la Forêt !
 
Bien entendu, les raisons de cette mauvaise santé financière sont à chercher du côté de la hausse des coûts salariaux, sans oublier la forte densité de restaurants étoilés en Belgique, ce qui rend la concurrence encore plus acharnée. Et reste à espérer que l'arrivée des "boîtes noires", au premier janvier 2016, ne va pas en précipiter certains dans des difficultés supplémentaires. C'est l'une des angoisses du secteur même si les étoilés sont davantage en règle sur le plan social que les autres restaurants.
 
Je m'en voudrai de terminer cette chronique sans donner un coup de chapeau à la province du Hainaut qui a été gâtée cette année par le Michelin, notamment de par l'entrée d'Eric Fernez et de son restaurant "d'Eugénie à Emilie" à Baudour. Il entre dans le club des doubles étoilés. Sans oublier Luc Broutard pour sa "Table du boucher" à Mons qui peut se targuer d'afficher un Bib gourmand. Et puis je mentionne encore "Le Pilori" à Ecaussines et le "Comptoir de Marie". Autant de fiertés pour la province du Hainaut. Bravo encore !
Assistant de création de site fourni par  Vistaprint